x
+ 33 (0)4 94 79 22 53

UN VILLAGE PERCHÉ
DANS LE VAR

Le Castellet fait partie des villages qui attirent le plus de visiteurs en Provence. Perchée au sommet de son promontoire, cette petite localité aux racines féodales séduit les touristes par son décor pittoresque et la richesse de son patrimoine historique et culturel. Les vestiges historiques occupent une place importante dans le tourisme Le Castellet. En témoignent notamment ces belles demeures anciennes bordant les petites places du village, minutieusement restaurées et mises en valeur avec goût.

Le village du Castellet

Les deux portes fortifiées par lesquelles entrent les visiteurs font elles aussi partie du patrimoine du Castellet. A l’intérieur, on découvre un décor pittoresque, finalement assez typique des villages médiévaux provençaux. Les visiteurs semblent en tout cas se perdre volontiers dans le dédale de petites rues qui serpentent Le Castellet. La promenade est une formidable occasion de dénicher de beaux souvenirs, dont des articles de maroquinerie et de poterie ; au gré des ruelles, on peut aussi dénicher facilement des bougies parfumées, des céramiques, des bijoux ou encore des œuvres d’art… pour ne citer que ces exemples. Le tourisme Le Castellet permet aussi de découvrir un décor sublimé par les gerbes de fleurs, de glycines et de bougainvilliers qui s’étalent sur les murs de pierre. Les couleurs rouge, orange, fuchsia et violet de ces fleurs et arbustes s’associent merveilleusement bien avec le verre du lierre, lui aussi omniprésent dans le village. A l’heure du déjeuner ou du dîner, les saveurs de la cuisine délicate éveillent les papilles. Qui resterait insensible à ces odeurs onctueuses délicates qui parfois s’échappent des fenêtres ouvertes ? Tomates, ail, herbes de Provence, huile d’olive… ce sont quelques-uns des ingrédients que l’on retrouve dans nombre de plats provençaux. On dit souvent qu’en France, les villages ont chacun leur église ; on sait aussi qu’ils sont pratiquement tous un château. Le Castellet n’échappe pas à la règle. Les visiteurs y retrouvent un château datant du 15ème siècle qui séduit autant par son architecture que par la beauté de son esplanade. L’édifice abrite aujourd’hui l’hôtel de ville.

Que voir et faire au Castellet ?

Que l’on ait l’intention ou non d’acheter des articles souvenirs, c’est toujours un vrai plaisir que d’arpenter les ruelles pentues du Castellet. A certaines périodes de l’année, elles sont particulièrement animées, au point que l’on a parfois du mal à se frayer un chemin entre les échoppes d’artisanat ; c’est un petit bazar qui, paradoxalement, donne encore plus de charme au village. L’esplanade de ce monument médiéval offre une vue imprenable sur les paysages alentour, en particulier le massif de la Sainte-Baume ainsi que les vignes et les domaines situés en contrebas. Site majeur du tourisme Le Castellet, le domaine de la Bégude vaut absolument le détour pour les amateurs de vins de Bandol. Primé dans la Revue des vins de France et par Bettane & Desseauve, il fait même figure de référence en la matière. Les visiteurs pourront y savourer des vins de qualité et aux arômes aussi délicats que complexes. Le domaine Lou Capelan se trouve quant à lui à La Cadière-d’Azur, à environ 4.5 km du Castellet. Avec une superficie de plus de quarante hectares, cette propriété doit sa réputation aux vins d’appellation Bandol. Produits avec du mourvèdre, ces vins offrent des tanins d’une grande richesse. Le domaine Lou Capelan propose aux visiteurs des méthodes de vinification en phase avec un mode de production qui fait son chemin en Provence : l’agriculture raisonnée. Visite de cave et dégustations font naturellement partie du programme.

Le circuit Paul Ricard au Castellet

Le circuit et son tracé

Le circuit Paul Ricard est une véritable institution pour le tourisme Le Castellet. Il se démarque en particulier par sa longueur (5.8 km), supérieure à la moyenne, assurant une variété de plaisirs pour les pilotes et de spectacles pour les fans. La réalisation du tracé du circuit est le fruit d’une collaboration entre la FIA et la FOM d’un côté, et une équipe pluridisciplinaire de l’autre. Cette équipe réalise alors des études et des simulations, dont les données permettent d’adapter le circuit aux exigences et contraintes inhérentes aux courses de Formule 1. Ce sont autant d’étapes qui s’inscrivent dans l’objectif de faire de ces pistes un écrin technique et sportif où les pilotes réalisent leurs meilleures performances dans des conditions optimales. Parmi les améliorations majeurs du circuit, on relèvera notamment l’élargissement de la piste en entrée et en sortie, mais aussi au S de la Verrerie, au virage du camp, de même qu’à la fin du troisième secteur au virage du pont. Ces aménagements offrent les conditions pratiques adéquates pour le freinage comme pour la relance. Les pilotes disposent donc de différentes trajectoires propices à la fluidité et aux dépassements. L’angle de l’entrée dans l’enchaînement, au niveau de la Verrerie, est quant à lui sensiblement refermé pour affirmer le freinage au bout de la ligne droite des stands. Les pilotes pourront par ailleurs saisir de belles opportunités de dépassements au niveau de la chicane qui coupe en deux la ligne droite du Mistral. Le circuit se caractérise aussi par la diversification des enchaînements de virages. Les pilotes adoptent les rythment qui les mettent à l’aise ; les monoplaces évoluent dans une configuration aérodynamique medium. Ces améliorations techniques font-elles leurs preuves ? Qu’en pensent les pilotes expérimentés ? C’est justement pour répondre à ces questions que le tracé, à l’initiative de Jean Alesi, ambassadeur du Circuit Paul Ricard, est présent à différents pilotes. Ce sont eux en effet qui sont les mieux placés pour juger des opportunités de dépassements ou des enchaînements de virages de la piste. De grands noms comme Sebastian Vettel, Fernando Alonso ou encore Kimi Räikkönen ont montré leur enthousiasme à l'idée de courir au Circuit Paul Ricard.

L’histoire du circuit Paul Ricard

En 1970, le sport automobile français est en pleine expansion. Mais le pays manque encore de pistes permanentes. Face à cette réalité, Paul Ricard décide de créer un circuit qu’il veut des plus modernes. Le chef d’entreprise établit même de nouveaux standards, en particulier en termes de sécurité. Le Circuit Paul Ricard est inauguré en avril 1970. Pour la définition de son tracé, des pilotes reconnus comme Jean-Pierre Beltoise et Henri Pescarolo sont alors consultés. Le premier Grand Prix de France a lieu en 1971. L’Ecossais Jackie Stewart est le premier pilote à inscrire son nom au livre d’or du Paul-Ricard. Mais celui qui attire toutes les attentions, c’est son jeune équipier, François Cevert, qui monte pour la première fois sur le podium. Des pilotes français montent en puissance à l’occasion des courses organisées sur le Circuit Paul Ricard. Ils doivent cependant faire face à de redoutables adversaires étrangers. On pense en particulier à l’Australien Alan Jones, devant se heurtent en 1980 les ambitions de Jacques Laffite et Didier Pironi. Les Français se rattrapent deux années plus tard, et de la plus belles des manières. Les quatre premières places du Grand Prix de France de 1982 sont 100 % françaises (René Arnoux, Alain Prost, Didier Pironi et Patrick Tambay). Non content d’arriver deuxième, Alain Prost prend sa revanche l’année suivante et remporte le Grand Prix au volant d’une Renault, confortant au passage sa place à la tête du championnat.

Le Circuit Paul Ricard perd cependant peu à peu de son prestige dans les années 1990, d’autant que le Grand Prix de France migre vers Magny-Cours. En 1999, Bernie Ecclestone rachète le site (circuit et aérodrome). L’homme d’affaires britannique veut faire du Circuit Paul Ricard une piste high-tech entièrement dédiée aux essais et aux opérations de communication. Le circuit n’est dès lors plus accessible au public. Des travaux seront entrepris en 2001, notamment pour modifier le tracé du circuit. Les améliorations portent pour l’essentiel sur les virages. Si certains sont modifiés substantiellement, d’autres sont supprimés ou créés. Parmi les modifications apportées, on relèvera aussi les lignes abrasives favorisant la décélération d’un véhicule. Cette caractéristique est réalisée sur le Circuit Paul Ricard à travers de larges run-off épousant les trajectoires sortantes du tracé. Après la construction d’une tribune, le Circuit Paul Ricard accueille de nouveau le public. De nombreuses courses dans le cadre de championnats majeurs y sont organisées. En 2016, Christian Estrosi négocie avec différents acteurs du sport automobile dans le but de favoriser l’organisation de grandes courses internationales sur le Circuit Paul Ricard. Plus précisément, celui qui est encore président de la région Paca vise clairement le retour du Grand Prix de France. Après deux années de tractations souvent secrètes, le tournoi le plus prestigieux du sport automobile fait son come-back sur le Circuit. D’importants travaux sont réalisés en 2018. De nouvelles améliorations sont apportées durant la pause hivernale de fin d’année. Certains de ces changements portent notamment sur la pitlane (voie des stands) et la piste. Les améliorations réalisées au niveau de la voie des stands visent, là encore, à renforcer la sécurité des pilotes.

INFORMATIONS UTILES :

 

Distance entre le camping Cap Taillat et Le Castelet : 97 kilomètres

 

Site Internet

 

Adresse : 2 Rue du Portail,
83 330 Le Castellet
Téléphone : (+33) 4 94 32 79 13